Rogaia Mustafa Abusharaf

Rogaia Mustafa Abusharaf

Rogaia Mustafa Abusharaf est professeure d'anthropologie et auteur de Transforming Displaced Women in Sudan : Politics and the Body in a Squatter Settlement (U. of Chicago Press 2009) ; Female Circumcision : Multicultural Perspectives (Ed.) (University of Pennsylvania Press 2006) et Wanderings (Cornell University Press 2002).

Elle est la rédactrice en chef du numéro spécial 2010 de South Atlantic Quarterly (Duke University Press). En plus de nombreux chapitres de livres et essais, certains de ses articles ont paru dans Sciences, South Atlantic Quarterly, Differences, Anthropology and Humanism, History and Anthropology, Oriental Anthropology, International Migration, Radical Philosophy Review and Anthropology News, Annals of the American Academy of Political and Social Sciences et Black Renaissance. Elle a été titulaire d'une bourse postdoctorale et d'une bourse de recherche supérieure à l'Université Durham au Royaume-Uni, à Brown et à Harvard. Son travail a été soutenu par la Fondation Guggenheim, l'Institut royal d'anthropologie, la Bourse commémorative Sir William Luce, Andrew Mellon et le Centre d'études internationales du MIT et le Rockefeller Bellagio Study Center du Qatar University College of Arts and Sciences. Le travail d'Abusharaf a également fait l'objet d'entrevues dans les médias avec NPR, Voice of America, Progressive Radio, Ontario Public TV et plus récemment Africa and the World Documentary Film Series. Elle écrit sur la culture et la politique, l'anthropologie du genre, les droits de l'homme, la migration et la diaspora au Soudan, dans le Golfe, aux Etats-Unis, au Canada et à Liverpool, Royaume-Uni.
Saida Barkat Daoud

Saida Barkat Daoud

Sociologue Afar de Djibouti vivant à Paris, Saida Barkat Daoud mène une recherche sur le dispositif de la chirurgie des mutilations sexuelles en France et en Afrique (Est & Ouest) à l'Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain à l'EHESS. Ses recherches portent sur les protocoles médicaux en transposition du clitoris, la circulation globale de l'innovation de chirurgie reconstructrice, la politique de représentation médiatique et de plaidoyer, la cartographie des controverses et des expériences incorporées de la lame.

Elle rédige actuellement un livre à paraître en 2021 : "Le devenir nègre du sexe altéré des femmes africaines à l'ère digitale globale". Dans le cadre de son doctorat, elle a coordonné la 1ère conférence internationale sur la prise en charge des femmes excisées à Paris le 28 janvier 2015. Au cours de son enquête de terrain, elle a décelé le désarroi crée chez les jeunes femmes par l'absence d'information scientifique validée sur les effets de la lame sur leur corps et leur sexualité. Ce qui l'a amené à concevoir la création d'une plateforme digitale trilingue sur les droits sexuels et la santé des jeunes femmes excisées.
Amina Mama

Amina Mama

La professeure Amina Mama, chercheuse et universitaire nigériane/britannique, militante féministe, a beaucoup publié et voyagé, a vécu et travaillé au Nigeria, en Afrique du Sud, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas et aux États-Unis.

Elle a passé 10 ans (1999-2009) à diriger l'African Gender Institute de l'Université du Cap en tant que ressource continentale dédiée au développement d'une recherche transformatrice associant théorie féministe et activisme. Editrice fondatrice de la revue continentale d'études sur le genre, Feminist Africa, ses publications incluent Beyond the Masks : Race, genre et subjectivité (Routledge 1995), Études des femmes et études des femmes en Afrique (CODESRIA 1996), Engendering African Social Sciences (co-édité, CODESRIA 1997) et de nombreux chapitres de livres et articles de revues. Déterminée à renforcer le militantisme et la recherche militante dans les contextes africains, elle s'intéresse à la culture et à la subjectivité, à la politique et aux politiques, aux mouvements des femmes et au militarisme. Elle a coproduit avec Yaba Badoe le film documentaire de 50 minutes'Les Sorcières de Gambaga' 2010.
Bettina Shell-Duncan

Bettina Shell-Duncan

Tout au long de ma carrière, j'ai mené des recherches bioculturelles mixtes sur la santé maternelle et infantile en Afrique subsaharienne. Mes recherches antérieures portaient sur la nutrition, l'immunité et la morbidité chez les enfants nomades au Kenya, les effets sur la santé de l'établissement des anciens nomades.

Plus récemment, mes recherches se sont concentrées sur l'étude de la mutilation génitale féminine (MGF). J'ai examiné le contexte culturel et les conséquences sanitaires de l'excision chez les femmes Rendille du nord du Kenya, ainsi que les débats sur la médicalisation de cette pratique. Dans le cadre de mon travail avec l'OMS et l'UNICEF, j'ai examiné la politique de la campagne internationale visant à mettre fin à l'excision et les implications de l'adoption d'un cadre de santé et de droits humains. J'ai récemment mené des recherches de méthodes mixtes sur les dimensions théoriques et empiriques de la dynamique du changement de comportement par rapport à l'excision au Sénégal et en Gambie. Ce travail examine les résultats de diverses stratégies visant à mettre fin à l'excision, telles que la législation et diverses interventions communautaires, et évalue leur correspondance avec les principales théories du changement de comportement. Je fais partie d'un consortium de recherche international dirigé par le Population Council et intitulé "Evidence to End Female Genital Mutilation/Cutting" : Research to Help Girls and Women Thrive", financé pendant cinq ans par le Department of International Development du Royaume-Uni. Nous étudions les facteurs qui influencent la prise de décision concernant l'excision et les stratégies d'intervention dans 6 pays africains.
Cynthia Kraus

Cynthia Kraus

Cynthia Kraus est philosophe et maître de conférences en études de genre et en études sociales des sciences, de la technologie et de la médecine à l'Université de Lausanne. Elle travaille en sexologie médicale (IP, projet FNS, 2015-2018) et en sexologie psycho-hormonale (ou "genderologie").

Ses recherches sur la sexologie comprennent des travaux de terrain en Afrique de l'Ouest (sur l'intersexualité) et en Amérique du Nord (sur l'intersexualité et les questions transsexuelles) et, depuis 2005, une initiative multidisciplinaire qui intègre une perspective genre et SHS dans la formation médicale et le team-building pour améliorer les normes des soins aux personnes intersexuées en Suisse. Ses recherches sur ce sujet intègrent également une perspective comparative qui permet d'analyser les (dis)continuités entre les différentes pratiques de modification corporelle, par exemple, entre les chirurgies intersexuelles, les MGF, la chirurgie reconstructive du clitoris après les MGF, les chirurgies cosmétiques génitales, etc. Elle travaille également sur les sciences du cerveau (IP, projet FNS, 2011-2014) et comme membre principal du réseau international NeuroGenderings.
Felwine Sarr

Felwine Sarr

Felwine Sarr est un universitaire et écrivain sénégalais. Il enseigne à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis au Sénégal. Ses travaux académiques portent sur l’épistémologie, les politiques économiques et l’histoire des idées religieuses.

Il a publié à ce jour, Dahij (Gallimard 2009), 105 Rue Carnot (Mémoire d’Encrier 2011), Méditations Africaines (Mémoire d’Encrier 2012) Afrotopia (Philippe Rey 2016), Ishindenshin (Mémoire d’Encrier 2017), Habiter le Monde (Mémoire d’Encrier 2017), Ecrire l’Afrique-monde (ouvrage collectif codirigé avec Achille Mbembé, Philippe Rey 2017) et Restituer le patrimoine Africain (Philippe Rey/Seuil) avec Benedicte Savoy.
Fatima El-Tayeb

Fatima El-Tayeb

Fatima El-Tayeb est professeur de littérature et d'études ethniques à l'Université de Californie à San Diego. Son travail déconstruit le racisme structurel dans l'Europe "daltonienne" et se concentre sur les stratégies de résistance parmi les communautés racialisées, en particulier celles qui politisent la culture à travers une pratique intersectionnelle et queer.

Elle est l'auteur de trois livres, UnDeutsch. Die Konstruktion des Anderen in der postmigrantischen Gesellschaft (UnGerman. The Construction of Otherness in the Postmigrant Society), traduit en 2016, European Others. Queering Ethnicity in Postnational Europe (University of Minnesota Press 2011, traduction allemande 2015) et Schwarze Deutsche. Rasse und nationale Identität, 1890-1933 (Black Germans. Race and National Identity, 1890-1933, Campus 2001), ainsi que de nombreux articles sur les interactions entre race, sexe, sexualité, religion et nation. Elle est active au sein d'organisations féministes noires, migrantes et queer of color en Europe et aux États-Unis.
Don Kullick

Don Kullick

Kullick est professeur émérite d'anthropologie à l'Université d'Uppsala en Suède, où il dirige le programme de recherche Engaging Vulnerability. Ses recherches et ses écrits couvrent une variété de sujets et de disciplines, y compris la sociolinguistique, les études sur le genre et la sexualité, les études sur la déficience et la théorie queer.

Ses livres comprennent Travesti : sexe, genre et culture chez les prostituées transgenres brésiliennes (U of Chicago Press) ; Language and Sexuality (Cambridge U Press, avec Deborah Cameron), Loneliness and its Opposite : sex, disability and the ethics of engagement (U of Chicago Press, avec Jens Rydström) et A Death in the Rainforest : how a language and a way of life came to an end in Papua New Guinea (Algonquin). Son travail a été traduit en neuf langues, dont le français, le japonais, le portugais et le turc.
Camille Lefevbre

Camille Lefevbre

Camille Lefevbre est historienne, Chargée de recherche au CNRS-HDR. Spécialiste de l'histoire de la colonisation et de la décolonisation en Afrique de l'Ouest, de l'histoire des savoirs et des réseaux savants de l' Afrique sahélienne, elle est responsable du projet ERC LANGARCHIV.

Co-Commissaire de l'Exposition Zinder 1900 avec Laminou Issacka Brah, elle est l'auteur de nombreux articles, et du livre Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du Jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, XIXe – XXe siècles.